top of page

SCAPIN la baguette magique du Design Thinking

Définition du Design Thinking

Le Design Thinking est une méthode de conception globale d’un produit ou d’un service. Au cœur de cette approche il y a l’humain, l’empathie, la créativité, la co-création et le droit à l’erreur. Ces valeurs sont nécessaires au déploiement de l’intelligence collective, source d’innovation. Pour la mettre en œuvre la méthode énonce un ensemble de pratiques qui se déclinent en plusieurs étapes. D’abord la constitution d’un collectif pertinent et efficace. Ensuite l’organisation et l’animation d’ateliers de travail au cours desquels va émerger le concept novateur.


SCAPIN l’outil magique de l’étape de prototypage du Design Thinking

Waouh, enfin un outil pour tester mes idées

En fin de parcours, reste à valider ce concept. C’est l’étape de prototypage. Il s’agit alors de concrétiser l’idée, de voir ce que ça donne avant de lancer la fabrication. Pour les projets digitaux, cela revient à maquetter les écrans et à simuler les parcours d’utilisateurs navigant d’un écran à l’autre. C’est là que SCAPIN entre en jeu.


SCAPIN est une Plateforme de Qualification. A priori pas grand-chose à voir avec le Design Thinking. Sauf que SCAPIN est la seule solution de test utilisable comme un outil de prototypage d’une application web ou mobile.


Imaginez ! Au cours de vos ateliers, vous êtes parvenu à vous accorder sur le jeu d’écrans d’un cas d’utilisation. Vous avez dessiné ces écrans, soit sur papier libre soit avec des outils comme Adobe ou Figma. Sur ces représentations il y a tout : les zones de saisie, les boutons, les liens textuels, les boutons radio, les checkbox, etc. Chargez ces écrans dans SCAPIN, identifiez les éléments d’interaction et vous êtes prêt. En quelques clic, créez le parcours nominal du cas d’utilisation. Testez-le auprès des membres du collectif. Vite fait, bien fait, modifiez les écrans, adaptez les parcours lors de vos concertations. Créez aussi les parcours alternatifs envisagés y compris les parcours d’erreur. Si nécessaire ajoutez de nouveaux écrans.


Magique ! Tous ces parcours que vous avez créés, ce sont des tests fonctionnels ! Certes d’autres outils de maquettage du marché font la même chose que SCAPIN, mais c’est du jetable ! Pas avec SCAPIN. Ces parcours sont des tests fonctionnels et qui plus est, ce sont des tests automatisés. Oui, vous avez bien lu ! Avant même que l’application soit livrée et disponible sur la plateforme de qualification, vous avez déjà 90% de vos tests fonctionnels. Ils sont prêts et exécutables en automatique.


Pousser la validation Design Thinking le plus loin possible

Valider les exigences

Le fonctionnement de votre application ne se résume pas à des enchaînements d’écran. L’application doit répondre à des exigences métier, satisfaire des règles de gestion, respecter des contraintes techniques, etc. Tous ces éléments sont nécessaires à la satisfaction du besoin client. Il est essentiel d’en faire l’inventaire et d’en oublier aucun. Immanquablement, lors des ateliers, cette préoccupation va remonter. Vous allez en discuter longuement. Puis vous allez formaliser vos réflexions dans SCAPIN. C’est sur la base de ce travail que vous allez par la suite constituer les écrans, puis les parcours métier qui valident ces exigences. Vous voilà au-delà du simple maquettage. Vous êtes en train de mettre en place une stratégie de test pilotée par les attentes/besoins de l’utilisateur final.


Valider les données

Un dernier aspect à prendre en compte est celui des données utilisées dans les parcours utilisateurs. Là encore ce sera un sujet de réflexion abordé lors de vos ateliers. Avec SCAPIN vous allez pouvoir préparer ces jeux de données. Vous allez insérer des points de contrôle de ces données dans les tests fonctionnels, etc. Pour des applications complexes la prise en compte des données dès l’étape de prototypage anticipe des difficultés potentielles et rend plus concrète la faisabilité technique du projet.


Conclusion

Les apports de la Plateforme de Qualification SCAPIN dans la démarche de Design Thinking sont multiples :


D’abord concernant le maquettage/prototypage :

  • Il est aussi performant et simple qu’avec les outils de maquettage du marché

  • Ce n’est pas du jetable

  • Il constitue le socle des tests fonctionnels automatisés de la future application

  • Il est complété et approfondi par la prise en compte des exigences et des données


Tout ce travail réalisé lors de l’étape de maquettage constitue une base documentaire accessible à tous. Reflet fidèle de ce qui est attendu, elle est une référence pour l’ensemble des parties prenantes du projet. Tout écart de l’application développée avec cette référence est un bug. Les tests étant automatisés, de tels écarts sont immédiatement détectés. Ils ne laissent rien passer. Leur exécution ne souffre d’aucun biais d’interprétation comme cela peut être le cas avec les tests manuels. Cette base documentaire est aussi vivante. Les évolutions qui surviennent au cours des itérations sont historisées. Elle est donc toujours à jour tout au long de la vie du projet (voir le post sur les Releases).


La Plateforme de Qualification SCAPIN crée une chaîne qui relie solidement la conception issue de la méthode Design Thinking au résultat obtenu.


En savoir plus sur le Design Thinking

Le livre de Stéphane Biso Design Thinking aux éditions DUNOD

24 vues0 commentaire
bottom of page